Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
correspondant de presse photos et videos

correspondant de presse photos et videos

Articles de presse écrits par Rémy Peignard, photos diverses de paysages de bretagne et d'ailleurs, vidéos, sélection d'articles parus dans des journaux et magazines. Revue de presse.remy.peignard@orange.fr

Brest passe à la musique country

La danse country à la conquête du far-west breton

Santiags et chapeaux de cow-boy, les adeptes sont de plus en plus nombreux à Brest et alentour.

L'équipe des Cherokee dancer sur leur 31 </B>!

« Un, deux, hop, côté, chic, boum, et on reprend. » Marie-Hélène Moreau vient tout juste de commencer son cours. Il est 10 h 30 au centre culturel de Guilers ce vendredi. Pendant deux heures, les 13 femmes vont, comme toutes les semaines, se transformer en danseuses de saloon. Entraînées par Marie-Hélène, la professeure vêtu d'un jean et de santiags, ces passionnées de country tentent de reproduire, tant bien que mal, les différents pas de danse.

Sur deux rangées, les élèves dansent en ligne, comme le veut la discipline. Marie-Hélène continue : « Cross, shuffle, rock, step, 1/4 de tour ». Pour un public non avisé, c'est un véritable charabia.

Cette danse, en huit temps, demande un grand effort de patience, de précision et de justesse. Il faut décomposer tous les pas de chaque chorégraphie. Tant que l'enchaînement n'est pas maîtrisé, on continue à blanc, sans musique car un danseur qui n'est pas synchro brise l'harmonie de la ligne. La country est un mélange de cha cha, rock, salsa, mais elle se rapproche surtout du madison. C'est ce patchwork de styles qui attire de nouveaux adeptes.

« Donnez tout le feeling du West Cost »

« Faites des cliques sur le côté avec la tête », « passez à votre voisin », lance Marie-Hélène : il s'agit de claquer des doigts en se tournant vers la droite. « Donnez tous le feeling du West Cost », s'exclame-t-elle énergique.

Le cours est dynamique et les élèves appliqués. Au bout d'une heure, la professeure accorde tout de même une courte pause aux élèves pour qu'elles se désaltèrent. L'une d'entre elles lâche : « Je préfère venir ici. C'est mieux qu'une heure de gymnastique ! »

Cela fait bientôt trois ans que Marie-Hélène dispense des cours. Simple loisir pour ses adeptes, elle, elle en a fait sa vie. « J'ai découvert la country au printemps 1999 lors d'un cours de gym. Dominique Guiard (voir ci-dessous), fondateur précurseur des Cherokee dancers, était venu faire une démonstration. »

Pour Marie-Hélène, ce fut « la révélation » ! Deux mois plus tard, elle intègre le groupe, puis, suit des stages. Finalement, elle passe tous les examens reconnus pour enseigner. « J'ai créé West Line 29 en 2004 pour avoir plus de liberté dans le choix des musiques et dans l'interprétation des chorégraphies », souligne-t-elle. Aujourd'hui, son association compte 54 adhérents.

fondateur précurseur des Cherokee dancers, était venu faire une démonstration. »

Pour l'une de ses élèves, Josseline, « la country, c'est une grande histoire d'amour depuis toujours. West Line 29 m'a enfin permis d'apprendre la danse des cow-boys ».

Jeanne et Isabelle sont, elles aussi, passionnées de country, mais elles y voient surtout « un loisir, partagé au sein d'un groupe vraiment sympa ». Clodie, professeure d'éducation physique, avance qu'« (elle a) toujours aimé la danse car cela permet de se dépenser dans un bon état d'esprit ».

Depuis 15 ans maintenant, ce véritable jeu de petits pas a gagné Brest et les communes alentour. L'engouement se poursuit au-delà des frontières du Finistère, vers les Côtes d'Armor ou encore l'Ille et Vilaine. Les groupes commencent à asseoir leur réputation et à être demandés dans les fêtes locales.

Le groupe brestois des Kerhorre country, par exemple, se produit uniquement lors d'animations dans des maisons de retraite, pour les fêtes du Secours populaire ou encore pendant le Téléthon. La country au service du caritatif ! « Au début, les personnes âgées appréhendaient nos démonstrations, explique Josianne Pronost, secrétaire des Kerhorre country. Aujourd'hui, elles nous réclament ! »

 

Stéphanie de SILGUY

et Cécile RENOUARD.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article