Présentation

Catégories

Images aléatoires

  • Morbihan
  • BB Brunes sur scène
  • position
  • IMG_0162.jpg

Recherche

Blog Rémy Peignard

  • Flux RSS des articles

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Parlez de mon blog a vos amis

Voir la carte

Voir le plan de Carentoir et de Bretagne
Agrandir le plan


Créez votre blog

Sur Myspace

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : Musique

gad-glenac-et-divers-403.JPGgad-glenac-et-divers-380.JPGgad-glenac-et-divers-379.JPG

Le groupe Blankass a donné une série de concerts au cours de l'été 2013. Ils ont été les invités des Feux de l'été à Gétigné, l'une des avant dernières dates de la tournée avant de faire une pose de 2 ans. Le groupe prépare actuellement autre chose la surprise sera pour 2015!

Pgad-glenac-et-divers-368.JPG

Photos des Feux de l'été à Gétigné, Rémy Peignard

 

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : régional

is-2-.jpg

Roger Gicquel, journaliste, breton d'adoption pour avoir passé une grande partie de son enfance à Quelneuc dans le Morbihan. Dans une interview que j'ai réalisée dans les années 1990 à Rennes, il raconte sa vie en Bretagne. Il parle de son enfance à Quelneuc pendant la guerre, il était chez ses grands parents à La Vériglaie. Dans les années 94, il présentait une émission le samedi sur France 3 Ouest, intitulée "En flanant". il a présenté 182 numéros et rencontré 1200 témoins. Son émission montrait des lieux insolites, des villes, des villages, des personnages atypiques. Roger Gicquel est né à Thiers sur Thève en 1950, il était fils de commerçants. Il est décédé à Plouer sur Rance en Bretagne en 2010 à l'âge de 77 ans à la suite d'un infarctus.  Il a été chanteur, il a enregistré un 45 tours "J'aurais tant aimé et je t'aimes vert.

 

http://soundcloud.com/remypeignard/roger-gicquel-01-piste-1

 

[soundcloud url="http://api.soundcloud.com/tracks/77441337" params="" width=" 100%" height="166" iframe="true" /]

is-1-.jpg

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : Evénement

 

Et oui c'est fait !

salon-mariage-les-fougerets-005.jpg

 

A l'initiative du salon de coiffure et de l'institut de beauté de Les Fougerets, un premier salon du mariage a obtenu un large succès en décembre 2012. Il s'est déroulé à la salle polyvalente et accueilli des partenaires. Les robes de mariées ont été fabriquées spécialement par une couturière de Molac. Les mannequins amateurs se sont prètées au jeu pour le plus grand plaisir du public venu nombreux. Prochaine édition en 2015...

salon-mariage-les-fougerets-025.jpgsalon-mariage-les-fougerets-027.jpg

salon-mariage-les-fougerets-035.jpg1er-dec-008.jpg

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : régional

Découvrir la Vilaine entre Arzal et Redon à bord des vieux gréments sous un beau soleil mais avec un vent glacial c'est vivifiant.

 

 

bateau-046.jpgbateau-029.jpg

 

Les Sinagots ont remonté la Vilaine pour se rendre au port de Redon à l'occasion de la Teillouse, la foire aux marrons de Redon. Le plein de festivités a été fait avec les concours de chants et de musique qui se sont tenus à la Croix des Marins. La vente des chataignes, la dégustation du cidre et des chataignes grillées a eu lieu sous les chapiteaux. Le concours de chants traditionnels du pays se sont déroulés comme chaque année au théatre.

La grande aventure

Le groupe est parti très tôt du port d'Arzal, à bord d'une dizaine de Sinagots, dont le Crialeis,  Joli Vent  etc.  Il a fallu tirer des bords avec un vent de nord, a partir de La Roche Bernard les skipers ont affalé les voiles. C'est au moteur ou tiré par un autre bateau que nous avons du terminer la remontée de la Vilaine en passant au port de Folleux à Béganne, on a pu découvir le pont  tournant de Rieux. Cette jolie ballade s'est terminée en musique et en chansons à l'arrivée à Redon.

bateau-086.jpgbateau-115.jpg

bateau-082.jpgbateau-142.jpg

 

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : Festivals

Au festival de Bobital avec Blankass  

 

Le festival de Bobital situé près de Dinan en Bretagne porté par l'association l'Armor a sons a rassemblé un large public durant deux jours les 6 et 7 juillet 2012. A l'affiche Izia, Sexion d'Assaut, la Grande Sophie, Blankass et bien d'autres. Retour en image sur la soirée du samedi.

 blankass-bobital-2012-126.jpgblankass-bobital-2012-272.jpgblankass-bobital-2012-155.jpg

La Grande Sophie

blankass-bobital-2012-235.jpgblankass bobital 2012 247blankass bobital 2012 266blankass bobital 2012 270

Blankass

 

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : Musique
Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : Musique

Le groupe dragoned Noder

Les enfants des Gardons de Redon ont leur groupe, les parents font aussi de la musique traditionnelle et du chant de marins, mais les reprises des enfants sont nettement plus envoyées avec Thomas Joubaud à la guitare, Quentin Joubau à la basse, Meulaine Bardoul à la batterie et Matthias Huguel à l'accordéon diatonique.

 

<object width="400" height="268" ><param name="allowfullscreen" value="true" /><param name="movie" value="http://www.facebook.com/v/2284115779795" /><embed src="http://www.facebook.com/v/2284115779795" type="application/x-shockwave-flash" allowfullscreen="true" width="400" height="268"></embed></object>

Par Rémy Peignard correspondant de presse

 

margerin-4033-1-.jpg

 

Franck Margerin présente sa dernière publication, La bande à Lucien, il était en dédicaces dans l'Ouest ce week-end du 7 au 9 octobre 2011. Il a fait étape à Rennes, Nantes et Le Mans. De nombreux lecteurs sont venus le rencontrer. Toujours aussi sympathique, il leur a fait un lucien sur la couverture en personnalisant bien sur la dédicace. L'artiste a beaucoup de travail en ce moment puisqu'il prépare en même temps au autre album qui sera terminé pour le début de l'année prochaine.

margerin 4039[1]margerin-4028-1-.jpg

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : régional

eoliennnes-3524-1-.jpgeoliennnes-3570-1-.jpg

D’ici quelques mois onze éoliennes seront en service sur les landes de Couesmé, 4 seront dressées sur La Gacilly, 4 sur Les Fougerets et 3 sur Saint Martin sur Oust. Cette ferme éolienne sera la plus conséquente de Bretagne avec une puissance totale de 33 mégawatts. Après 6 ans d’études le chantier a été inauguré lundi matin en présence des élus des communes concernées mais aussi du vice président de la région Dominique Ramard et des conseillers généraux et riverains Déjà plusieurs bases recevant les éoliennes sont en chantier, les travaux ont débuté en juillet, les voies d’accès ont été créées et le ferraillage a débuté face à Saint Jugon. 75 tonnes de ferrailles sont nécessaires pour solidifier la base et couler 500 m3 de béton venant de Carentoir et Redon. La hauteur en bout de pales sera de 145 mètres. « L’effet de taille est moins impressionnant quand on se trouve à côté que quand on est dedans, » confie le directeur d’Eole Génération Claude Midi.

 L’engagement concernant l’exploitation est de 15 ans minimum, mais le matériel est prévu pour plus longtemps. L’investissement est à la hauteur, il représente environ 33 milions d’euros. Une fois mis en service le site fournira 67,5 milions de kilowattheures par an, soit la consommation électrique annuelle de 79 000 personnes. Le courant produit sera dirigé vers le poste de Saint Gravé. En cas de panne sur le réseau RTE le courant produit par les éoliennes peut envoyé localement. Pour la construction Eole Génération a fait appel à des entreprises locales, ce chantier va mobiliser 80 emplois durant 13 mois.

 Des taxes sont reversées aux communes, elles permettront alors d’envisager des investissements. Quatre emplois seront créés pour assurer la maintenance du site. Une partie des éoliennes est fabriquée en Espagne, les mats se font en France et les pièces électriques en Vendée. Une statue réalisée par Pierre Floch a été dévoilée à l’entrée du site de Saint Jugon et une première pierre a été posée. Marcel Texier, l’adjoint au maire de La Gacilly a précisé qu’un sentier d’interprétation est prévu, intégrant l’histoire des moulins, il y en avait 8 sur le secteur autrefois, on y présentera la faune et la flore. « Ce parc montre la volonté de nos communes pour un développement durable du canton, j’espère que d’autres projets aboutiront, » a dit Marcel Texier. Pour Alain Greffion maire des Fougerets qui a été le premier contacté, « c’est un atout économique. »

eoliennnes-3596-1-.jpg

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : Musique

Concert de Louis Chédis et Jean Louis aubert

Belle expédtion à Saint Malo du Bois pour assister au concert de deux artistes, Louis Chédid et Jean Louis Aubert fin juillet. Les deux artistes n'ont pas décu leur public, l'amphithéatre de verdure était plein et le public ravi.

poupet 067

poupet-012.jpgpoupet 074

 

poupet 086

poupet-008.jpg

 

 

 

Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : Musique

Super-concert d’Albert Magnier samedi 6 août

 

Albert-Magnier-en-concert-3020-1-.jpg Albert-Magnier-en-concert-3038-1-.jpg

Albert-Magnier-en-concert-3015-1-.jpgAlbert-Magnier-en-concert-3031-1-.jpg


La fête des chants de marins a été gênée par le mauvais temps samedi soir. Les concerts et l’organisation prévue au Pont d’Oust a dû changer de lieu pour se rabattre à la salle des sports. En quelques heures les 70 bénévoles ont tout déménagé, efficaces et volontaires ils ont tout déplacé, tables, bancs, friteuses etc., ils ont aussi tout repensé l’organisation de la soirée en supprimant même l’intervention du groupe Capstern. Bien sûr, la qualité sonore de l’événement a été rendue difficile par la résonance de la salle, mais tout va s’arranger bientôt confie le maire Alain Greffion qui souligne que les travaux d’isolation vont débuter à la rentrée. La bonne ambiance était le maître mot de la soirée. Albert Magnier avec ses musiciens a pu donner tout de son premier CD enregistré récemment. Accompagné de ses enfants et de son épouse et des musiciens présents sur le disque il a interprété les chansons de mer thème de son CD intitulé Couleur marine. Très applaudi il eu le droit à plusieurs rappels, après le spectacle il s’est livré à une séance de dédicaces. Les moules frites préparées par les bénévoles ont eu du succès aussi. Cette soirée s’est prolongée avec de la musique à danser avec les sonneurs Armen Du et le duo Sérot Tobie.
Albert-Magnier-en-concert-3061-1-.jpgAlbert-Magnier-en-concert-3051-1-.jpg
Par Rémy Peignard correspondant de presse
Publié dans : régional

 

La onzième édition du festival Handistars s'est déroulée sur deux jours dans une ambiance festive. Sur le thème de la Bretagne, beaucoup de groupes ont joué le jeu en préparant des danses, des chants folkloriques et en confectionnant des costumes bretons. Au détour des stands il n'était pas rare de croiser des bénévoles en coiffe du pays.

 

Cette année, la programmation se voulait éclectique et dynamique, avec des groupes divers se succédant sur scène : rap, percussions, théâtre, cirque, mime. Encore plus nombreux que d'habitude, les établissements venus de toute la France étaient au rendez-vous, soit pour passer sur scène ou exposer leurs oeuvres sous le chapiteau.

Certains groupes ont fait preuve d'originalité. Par exemple, l'IME de Villejuif (Val-de-Marne) a donné une belle prestation de rap sur des textes et des musiques originales créées tout au long de l'année.

Hier, en ouverture, sur leurs fauteuils roulants, les résidants du foyer Ménez-Roual, venus du Finistère, ont défilé et relancé la fête avec des costumes multicolores sur le thème des cinq continents.

Créer des liens

Le groupe Xalam Stars, de Dakar (Sénégal), qui a obtenu son visa avec quelques jours de retard, est attendu aujourd'hui et va passer une semaine dans le Morbihan. Ces jours-ci, il va se produire à La Ferme du Monde, en présence du personnel, des visiteurs et des bénévoles. Depuis cinq ans ce groupe est annoncé et attendu chaleureusement par tous.

L'édition 2011 à peine finie, les groupes se préoccupent déjà pour réserver leur place pour l'année prochaine. Sur scène mais également dans les hébergements touristiques des environs.

Le festival permet également de créer des liens entre les groupes. Deux établissements présents au camping de Carentoir ont sympathisé et fait une création musicale commune pour le plaisir.

« C'est un total succès en terme de fréquentation et de satisfaction des spectateurs et des d'artistes handicapés, résume Jean-Yves Hercouet, l'un des organisateurs. Ce rendez-vous est unique dans notre région. Il permet à des artistes handicapés de se produire dans des conditions techniques et d'accueil hors du commun pour eux. »

Par ouest fance
Publié dans : Festivals

Avec Art Rock à Saint-Brieuc et les Papillons de nuit dans la Manche, la saison d'été des festivals de musiques populaires débute ce week-end. Avant le Hellfest, en Loire-Atlantique, le week-end suivant. L'occasion d'un tour d'horizon de l'été musical dans l'Ouest, avec la complicité d'un spécialiste des musiques d'aujourd'hui, le « rockologue » et conférencier rennais Christophe Brault.

 

Éclectisme

Aujourd'hui, un festival de musique, c'est pour toute la famille... « Dans les années 1960, on ne voyait pas ses parents dans les festivals, qui s'adressaient aux moins de 25 ans. Aujourd'hui, la plupart des festivals ne sont pas cloisonnés mais généralistes », précise Christophe Brault. Meilleur exemple : les Vieilles Charrues. Mais aussi le Bout du monde, à Crozon, même s'il est plus orienté musiques du monde. Parmi les autres « gros »: les Papillons de Nuit et Beauregard, près de Caen, présentent aussi une programmation ouverte, avec un côté un peu plus rock.

 

L'exception

C'est le Hellfest, le plus rock, et aussi le plus important (70 000 spectateurs) après les Charrues. « Cela s'explique par la popularité du metal, qui a changé, avec certes des trucs rapides mais également des tempos plus lents. Et le public est large. Certains fans d'AC/DC ont presque 60 ans. » Autre exception, la Route du rock de Saint-Malo, qui accueille quelque 20 000 fans de pop-rock. Ou le très électro Astropolis. Quant au festival de Poupet, en Vendée, c'est un OVNI qui s'offre une flopée de stars dans son petit théâtre de verdure.

 

Besoin de convivialité

Le festival, lieu de retrouvailles entre amis. Et de fête. « La technologie a amplifié cet effet. Plus on s'enferme devant nos ordinateurs ou nos téléphones, plus on a besoin de convivialité, estime Christophe Brault. On se dit qu'on est bien ensemble avec des gens qui aiment la même musique. Et il n'y a pas de lieu où l'on ressente aussi bien cette notion de partage qu'un festival. »

 

Une multitude de festivals et de saisons

Des festivals, il y en a partout. Certains ont fait leur trou : le 21e Pont du rock (56), le 19e Chauffer dans la noirceur (50), les 16e Art Sonic (61) et Chant de foire (85)... Des départements comme la Vendée et des villes comme Brest, Bénodet, Caen, La Roche/Yon, Nantes... ont leurs saisons de concerts pendant l'été. Un argument touristique.

 

Des festivals de ville

Les festivals font la réputation des villes. Ce sont de grandes fêtes, souvent à base de musiques traditionnelles et celtiques en Bretagne : Interceltique de Lorient, Cornouaille de Quimper, Chant de marin à Paimpol... Art Rock à Saint-Brieuc et les Tombées de la nuit à Rennes cultivent leur différence, à cheval entre musique, arts de la rue, danse, vidéo, arts plastiques... Les Escales de Saint-Nazaire et Jazz à Vannes restent musicaux en se spécialisant.

 

La musique masque un manque de diversité

L'été dans l'Ouest sera une nouvelle fois très musical. Au détriment d'autres pratiques culturelles. C'est particulièrement vrai en Bretagne où les festivals d'un autre genre ne sont pas légion. Avec, en plus, la disparition de l'excellent FAR à Morlaix. En arts de la rue, restent donc les Rencarts de Pornichet ou les Sorties de bain à Granville. Pas de grand rendez-vous en théâtre, hors le festival d'Anjou. Citons en littérature, Étonnants voyageurs à Saint-Malo (ce week-end) et Écrivains en bord de mer à La Baule ; en cinéma, le festival de Douarnenez ; en arts plastiques, L'art dans les chapelles, en Centre-Bretagne. De belles manifestations, mais trop peu nombreuses dans nos régions où la musique règne.

 

Michel TROADEC.

Par ouest france
Publié dans : régional
 
L'an dernier, les JP4 et une Super 5 Belle Île s'étaient rassemblées pour la première fois dans le Pays de Redon.
L'an dernier, les JP4 et une Super 5 Belle Île s'étaient rassemblées pour la première fois dans le Pays de Redon.
La voiture de plage a été construite à Redon pendant 8 ans. Un mécano passionné multiplie les initiatives pour qu'elle ne s'efface pas de l'histoire locale et du paysage.
L'histoire

 

Cette voiture-là, la JP4, est née à la suite d'un accident. La JP4 est une cousine de la R4 ou 4L. Une cousine aux allures plus sportive, « une voiture de plage », corrige Jérôme Daraine.

Mécano, passionné par ces voitures ouvertes, Jérôme les voyait quand il était petit, alignées sur le quai Jean-Bart. « Elles étaient fabriquées dans les halles Garnier, de 1981 à 1989. »

Patrick Foucher, un des deux créateurs de la JP4, a donc un accident avec sa 4L et décide de la transformer en cabriolet. L'idée intéresse Gérald Mailliard, son ami, qui lui propose de lui donner un air un peu plus sportif. Les deux hommes transforment de la même façon une R6, puis descendent dans le sud de la France et jusqu'en Corse. Tout au long de leur voyage, les deux voitures font sensation. On leur demande où elles sont fabriquées. Et de là naît l'idée de créer une entreprise de construction de JP4 : Car système.

Combien de voitures...

Rapidement, les demandent affluent et les ateliers grossissent jusqu'à employer 60 salariés. Mais cela ne suffit pas et l'entreprise n'arrive plus à honorer ses commandes. Elle ferme en 1989. En huit ans, plusieurs centaines de voitures seront construites aux halles Garnier. « Les anciens de Car Système ne sont pas d'accord sur le chiffre : 2 500 JP4 et 90 Super 5 Belle Île, ou seulement 1 500 JP4... »

Jérôme en achète une en 2005. « Il n'y avait que deux JP4 à circuler dans le Pays de Redon, la mienne et celle de Marie-Annick Terrienne, médecin à Avessac. »

Mais Jérôme veut en faire un peu plus pour cette voiture originale. Il veut savoir où sont passées les autos qui sont sorties des ateliers redonnais. « Beaucoup sont dans le sud de la France. Il y a en aussi en Espagne, en Italie et en Grèce. » Il a créé, en janvier, une association baptisée RVA Car système, RVA pour Recensement des véhicules et des archives de Car Système.

Il y a quelques années, les cartons entiers d'archives ont été retrouvés dans la cave de la maison du père d'Yves Rousteau qui avait acheté Car Système en 1984. « Malheureusement, tout a été mis à la poubelle... » Jérôme sait que l'imprimerie Noblet fournissait les courriers à en-tête, créait les publicités, « peut-être a-t-elle gardé des traces... » Il espère aussi rassembler des pièces, volant, sièges baquets, jantes, capot... « Une JP4 est restée pendant des années dans un coin des halles Garnier avant de finir à la benne... » soupire-t-il.

Pourtant, la vieille auto a encore la cote : « 4 000 à 5 000 € selon l'état », assure Jérôme. Et l'acheteur est certain de ne pas la voir un jour se multiplier. « Les brevets ont été vendus, dispatchés. L'homologation ne serait plus possible, et les châssis de R4 en bon état sont rarissimes. »

La survie de la petite auto redonnaise est entre les mains des collectionneurs.

 

Christelle GARREAU
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés